Meet our international experts in:

 

Comment utiliser la force des liens de votre réseau pour recruter ?

Durée de lecture de cet article : 3 min

La nécessité de recruter la bonne personne pour le bon emploi peut devenir un réel casse-tête pour le DRH ou le DG lorsque les compétences recherchées sont rares. Ces compétences rares doivent parfois être trouvées loin du marché de l’emploi sur lequel se focalise habituellement le recruteur. Par exemple, ce peut être le cas pour un haut potentiel ou pour un emploi extrêmement technique. Pour trouver la perle rare, il est parfois nécessaire de passer par son réseau.

Mais qu’est-ce qu’un bon réseau ?

Il est possible d’appréhender le réseau grâce à la notion de force des liens. « La force d’un lien est une combinaison (probablement linéaire) de la quantité de temps, de l’intensité émotionnelle, de l’intimité (la confiance mutuelle) et des services réciproques qui caractérisent ce lien » (Granovetter, 1973, p. 46). Schématiquement, un lien faible serait un connecteur entre différents groupes sociaux et donc entre sources d’opportunités de recrutement différentes.

Granovetter propose une vérification empirique de l’hypothèse de la force des liens faibles auprès de 300 personnes ayant récemment trouvé un emploi. Il montre comment les liens forts provoquent une certaine fragmentation sociale, c’est-à-dire un éclatement des individus en « cliques ». Ces cliques communiquent peu avec le monde extérieur et ne peuvent donc pas échanger d’informations avec d’autres groupes.

En revanche, les liens faibles permettent aux individus de saisir certaines opportunités comme des ouvertures vers d’autres « cliques » et, donc, dans notre cas de figure, vers d’autres informations sur des recrutements potentiels. Autrement dit, les liens faibles donnent davantage accès à des contacts inédits et des informations renouvelées. Par conséquent, ne négligez pas vos liens faibles car ils sont des moyens essentiels de trouver peut-être la perle rare que vous recherchez !

Cet article est rédigé par Maryline Bourdil et Mickaël Géraudel, tous deux Enseignant-Chercheurs au sein du Groupe Sup de Co Montpellier Business School.

 


 

Pas de commentaires

Laisser un commentaire