Meet our international experts in:

 

Les Patrons, les réseaux sociaux & l’innovation

Durée de lecture de cet article : 5 min

Une présence du patron sur les réseaux sociaux améliorent la compétitivité de l’entreprise

L’utilisation des technologies sociales permettrait à l’organisation d’être plus adaptative et flexible. Malheureusement, seulement 16% des PDG sont présents sur les réseaux sociaux, selon une étude récente d’IBM[1] menée sur 1709 patrons à travers le monde. Ce chiffre devrait cependant gonfler à 57% d’ici 5 ans. L’utilisation des technologies sociales serait très favorable aux affaires car celles-ci aideraient à prendre contact avec les clients, mais aussi avec les employés et les fournisseurs, créant ainsi une dynamique positive qui permet à l’organisation d’être plus adaptative et flexible.

L’entreprise serait alors plus à même de s’adapter à des changements brutaux sur le marché. L’étude conclue que « Lorsque les patrons augmentent le niveau d’ouverture dans leur entreprise, ils développent des environnements collaboratifs où les employés sont encouragés à parler, à avoir des initiatives personnelles, à entrer en contact avec des futurs collaborateurs, à innover ». En effet, l’étude montre également que les entreprises qui surpassent leurs concurrentes sont plus soucieuses des médias sociaux. Pour elles, l’ouverture sur le monde et l’usage des réseaux sociaux est une composante clé de l’entreprise.

Les Dirigeants de PME et d’ETI face à la transformation digitale

L’enquête plus récente de Bpifrance Le Lab[2] apporte un éclairage particulier sur les PME et les ETI françaises. En effet, il est surprenant de constater que 38 % des dirigeants répondants ne croient pas à la révolution digitale ou demandent encore à être convaincus. Heureusement 52 % ont compris l’importance de la transformation digitale et 10 % sont pleinement engagés dans la transformation digitale de leur entreprise.

Ainsi, la transformation digitale n’est pas une priorité stratégique pour 87 % des dirigeants de PME et ETI. Et parmi ceux qui ont une vision de leur transformation digitale, ils sont encore 63 % à ne pas avoir établi de feuille de route claire pour la mener à bien. Il paraît alors intéressant de rappeler que la transformation digitale n’est pas une simple digitalisation des outils et des process. C’est une nouvelle manière de créer de la valeur en ré-interrogeant son business model dans un contexte digital. Elle appelle ainsi une transformation globale de l’entreprise centrée sur trois chantiers : le client, l’organisation et les partenaires de l’entreprise. La technologie vient en appui.

C’est pourquoi l’implication du dirigeant est essentielle à la réussite du projet de transformation : c’est à lui de l’initier, de le porter et de le partager auprès de ses collaborateurs. Or, à ce jour, seul un quart des dirigeants associent leurs équipes opérationnelles au projet de transformation. En conclusion, la transformation digitale concerne l’ensemble des secteurs et des entreprises et ne consiste pas simplement à injecter de la technologie. Réussir sa transformation à l’ère du digital implique de créer de la valeur autrement. Cela implique un changement profond de l’organisation et interroge jusqu’à la culture d’entreprise.

[1] Etude publiée sur Forbes en 2012

[2] Enquête Bpifrance Le Lab réalisée auprès de 1 618 dirigeants de PME et ETI en octobre 2017

 


 

Pas de commentaires

Laisser un commentaire