ACCUEIL » ARTICLE » Qu’est-ce que le covid change au recrutement et aux recruteurs de Talents

Qu’est-ce que le covid change au recrutement et aux recruteurs de Talents

Partager

Auteur

17 novembre 2020

Temps de lecture : 5 minutes

 

La Covid apporte de nombreuses inconnues, notamment sur les opportunités d’emploi. Cependant, le marché des cadres et dirigeants réagit toujours de manière spécifique. Alors comment les intermédiaires du recrutement et notamment les cabinets et chasseurs de tête s’adaptent pour traverser cette année particulière de confinement et surtout de stop et go économique ?

 
 

Les spécificités d’un recruteur chasseur de têtes

 

L’ensemble des acteurs du recrutement mettent en œuvre de nombreux changements depuis mars dernier, des plus simples (entretiens en visio) aux plus délicats (diversification des activités en termes de stratégies).

Cependant, les intermédiaires qui réalisent les recrutements cadres et dirigeants ne sont pas impactés de la même manière. Dans l’imaginaire collectif, le métier d’un recruteur en cabinet RH consiste à « sortir de son chapeau » le bon profil. 

En fait, cette image est assez loin de la réalité professionnelle au quotidien des chasseurs de tête. Et ce, pour plusieurs raisons. Bien entendu, le fait de disposer d’un réseau conséquent est un atout, cependant cela ne suffit pas.

En effet, lorsqu’une entreprise fait appel à un conseil RH, c’est pour rechercher un profil difficile à trouver. Chaque client souhaite embaucher un professionnel avec une expérience pointue qui fait que le chasseur va investiguer certains secteurs d’activités.

Du coup, la candidature tant recherchée a réellement peu de chance d’être dans une base de données, d’autant plus si l’entreprise souhaite recruter un profil quasi-opérationnel : elle demande alors une approche directe pour aller chercher ce profil, la plupart du temps, déjà en poste.

De plus, les spécificités de chaque mission réalisée réduisent clairement la possibilité de proposer plusieurs postes à un même candidat pour un cabinet de chasse de tête qui intervient justement pour un acteur majeur dans des secteurs d’activités différents.

Ces singularités des processus de recrutement peuvent venir des compétences recherchées, tout comme du contexte du recrutement : la personnalité des N+1 ou dirigeants, la stratégie, la taille et le secteur d’activité sont différents et impactent la aussi motivation d’un candidat pour rejoindre son futur employeur.

 

 

L’état du marché de l’emploi cadres et dirigeants

 

Avant cette crise sanitaire de la Covid, le taux de chômage des cadres et dirigeants était très bas. Moins de 5%, ce qui correspond au plein emploi. Du coup, certains profils recherchés étaient pénuriques. Par conséquent, ils pouvaient avoir le choix entre plusieurs propositions.

L’arrêt brutal de l’économie a fragilisé, voire sacrifié certains secteurs. Tout un pan de l’économie a stoppé son activité. Lorsque les embauches sont toujours nécessaires, les perspectives de développement sont incertaines.

Parfois, les aspirations du secteur ne répondent plus au sens recherché par les collaborateurs. Cette quête est d’autant plus forte aujourd’hui. Les candidats qui rêvaient autrefois de rejoindre certaines industries s’en détournent aujourd’hui, portés par d’autres valeurs comme le respect de l’environnement.

La relance de l’activité de septembre est entamée par ce second confinement. Du coup, le marché de l’emploi cadres commence à se détendre légèrement. Le nombre de CV reçus par annonce est en légère hausse. C’est aussi la qualité des postulants qui s’est nettement améliorée.

Cependant, la dynamique du niveau d’embauche se maintient relativement bien suite à ce reconfinement. En effet, les entreprises et les candidats sont déjà familiers du télétravail, des entretiens à distance et ont bénéficié de temps pour se poser les bonnes questions.

A voir en quoi la fin du confinement et le redémarrage de notre économie va rabattre différemment les cartes. Malgré tout, il est fort à parier que le marché cadres ne va pas se détendre encore avant de nombreux mois, l’économie étant soutenue par les dispositifs de l’activité partielle.

Pour le recruteur, cela signifie qu’avoir un réseau de candidat est essentiel, notamment pour relayer l’information d’un poste à pourvoir. Cette action complète l’approche du chasseur qui sait investiguer là où les compétences recherchées se trouvent.

 

La diversification des activités des cabinets de recrutement

 

La situation imposée par la Covid a amené l’ensemble des acteurs du recrutement à s’adapter. Première adaptation plutôt aisée, les entretiens en visio se sont généralisés. Ils étaient déjà pratiqués auparavant, cependant pas forcément favorisés pour la population cadre.

En effet, les cadres et dirigeants étant particulièrement sollicités jusqu’à présent, le fait pour ces derniers de se déplacer physiquement pour un entretien permettait aussi d’évaluer le niveau de motivation d’un individu.

Du coup, la flexibilité du travail est déjà ancrée dans le rythme d’un consultant qui partage son temps entre entretiens chez ses clients et entretiens avec ses candidats. En tant qu’activité intellectuelle, le passage au télétravail est aisé à mettre en œuvre.

Au-delà de la digitalisation de leurs activités, les recruteurs ont dû faire preuve de créativité pour se renouveler. Habitués aux grands huit provoqués par les cycles économiques récurrents, les recrutements sont gelés à chaque crise économique.

Aussi, la plupart des conseils RH interviennent généralement sur d’autres activités plus ou moins proche de leur cœur de métier : tout ce qui touche au conseil et à l’accompagnement. Cependant, cette crise est différente puisqu’elle a condamné toute intervention physique en entreprise.

Seule la formation (en visio) est plébiscitée grâce au FNE-Formation. Celle-ci a dû être adaptée au niveau pédagogique. Malgré cela, la visio a montré ses avantages et ses limites lorsqu’il s’agit de préserver la qualité de la relation et l’interactivité.

Pour la plupart des recruteurs, le fait de gérer moins de clients et de candidats a provoqué un retour à l’essentiel, comme une stratégie imposée, un mal pour un bien. L’impact de la crise a forcé certains à réduire la voilure pour certains ou à se diversifier.

 

Tout cela prendra du temps dans un secteur où, d’un côté, l’expertise prime pour le client et où, de l’autre, les compétences commerciales et le chiffre d’affaires facturé sont trop valorisés au sein des grands cabinets. Une chose est certaine, la crise va balayer le superflu pour retrouver un équilibre qui passe nécessairement par un retour aux fondamentaux personnels et relationnels avant d’être économiques.

 

 

 

ALLER PLUS LOIN … 

 

Pour en savoir plus sur la manière dont nous pouvons vous aider à attirer, motiver et trouver les talents adéquats, veuillez nous contacter via le formulaire de contact ou sur contact@apostrof.fr
 
 

Partager

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Quelques ressources liées
Share This