Prêt à passer à l’action et à vous inscrire à notre newsletter ?

ACCUEIL » ÉVALUER » Philocognitifs, sentiments de différence et de solitude

Philocognitifs, sentiments de différence et de solitude

Portrait-Virginie-GRAZIANI
Virginie Graziani
Gestion des Talents & Synergologue

Expert dans l’évaluation et le développement des ressources, des compétences et potentiels, Apostrof vous aide à prendre les bonnes décisions de recrutement, d’entretiens annuels, de formation professionnelle, d’organisation des opérationnels, de gestion des carrières et d’évolution professionnelle, plans de succession et hauts potentiels.

14 juin 2022

Temps de lecture : 5 minutes

 

Les philocognitifs ressentent constamment un sentiment profond de différence et de solitude. Face à ce dernier, la culpabilisation et l’adaptation sont de mise pour la plupart. Alors, comment construire malgré la différence des relations, notamment lorsque la personnalité est plutôt intense ? Face à ce défi de taille, le haut potentiel va devoir choisir entre le fait de s’effacer ou de se marginaliser.

 

Complétez vos connaissances :
Le Livre Blanc : L’Assessment Center, un levier du Talent Management.

 

Zèbre ou extraterrestre, tous différents

Les philocognitifs grandissent avec le sentiment de faire partie d’une espèce à part, tel un extraterrestre. D’où l’utilisation du mot zèbre par Jeanne Siaud-Facchin à une époque pour décrire cette idée phare. En effet, si le zèbre se fond dans la savane grâce à ses rayures, il est cependant le seul à en posséder.
Cet animal curieux, à la fois familier et étranger, ressemble au cheval mais il n’en est pas un. Pour complexifier les choses, chaque zèbre possède ses propres rayures. En conséquence de ce sentiment d’être en décalage constant avec les autres, les hauts potentiels ne s’en prennent qu’à eux-mêmes.
En effet, dans leur vision des choses, ils se sentent différents et ils s’identifient alors comme le problème. C’est un des paradoxes du philocognitif : penser que tout le monde fonctionne comme lui, puis se rendre compte trop souvent que non. Cela lui procure un sentiment de culpabilité de ne pas être comme les autres.
Cette impression d’être le seul membre de sa propre espèce provoque évidemment un sentiment profond de solitude, sans compter la culpabilité déjà évoquée. Vous l’aurez compris, leur rythme et façon de penser est différent, tout comme leur temporalité.

Relations sociales difficiles

Se sentir différent ou ressentir une différence vis-à-vis du reste de la population est un des plus grands obstacles aux relations sociales personnelles et professionnelles. D’abord, le sentiment de décalage que cela procure freine l’envie même d’être en contact avec l’autre, ainsi que la légitimité à faire partie du groupe.
Aussi, les amis semblent loin même lorsque le hasard des rencontres favorise les échanges. D’ailleurs, la plupart des philocognitifs ont la chance de construire des amitiés durant de longues années. Cependant, le choix est plus réduit et la mise en place de ces dernières plus ardue.
En effet, partager ses envies, ses émotions, ses centres d’intérêts lorsqu’ils sont diamétralement opposés à ceux des autres est loin d’être aisé. Surtout, l’expression de soi peut provoquer des regards incrédules et beaucoup d’incompréhension lorsque le haut potentiel reste authentique avec ce qu’il est et ce qu’il vit.
D’ailleurs, les philocognitifs ne sont pas toujours des personnes faciles à vivre. Trop intenses, difficiles à comprendre, pleines de paradoxes, ayant souvent raison, sans être toujours capable d’expliquer pourquoi, monter sur ressort par moment puis en retrait à d’autres instants. En revanche, avec les « bonnes » personnes, la relation est nourrie de cette différence et de toutes ces particularités.

 

S’adapter ou affirmer sa différence

L’adaptation est un processus présent dès l’enfance. En grandissant, l’enfant comprend assez vite qu’il faut appartenir à un groupe pour survivre. Cependant, la tâche n’est pas toujours aisée, quel que soit l’enfant. Alors, lorsque celui-ci montre des traits de personnalité particuliers, cela peut devenir parfois plus que délicat.
Aussi, deux réactions opposées se manifestent, que ce soit pour l’enfant ou l’adulte. Certains profils mettent tous leurs efforts dans une démarche d’adaptation afin de se fondre dans le cadre, la plupart du temps au détriment de leur personnalité authentique. L’appétence pour cette technique est compréhensible, même si elle s’avère rapidement contre-productive. En effet, le mal-être ressenti augmente, sans compter celui de solitude.
D’ailleurs, la réalité intérieure ne disparaît pas, elle se pare seulement d’une carapace qui nuit à l’épanouissement personnel. Aussi, d’autres réagissent en affirmant leur différence, parfois au point de se marginaliser. Étant des animaux sociaux, nous avons tous besoin de relations humaines pour nous épanouir. Être le seul est donc particulièrement délicat, quel que soit l’âge.
Cependant, certains se plongent dans leurs différences plutôt que d’en souffrir. Lorsque nous les revendiquons, cela permet de les voir comme les fondations de notre personne plutôt que comme des problèmes. Quoi qu’il en soit, il n’y a pas de solutions parfaites. Seuls les extrêmes sont à éviter.
En conclusion, les philocognitifs ne viennent pas d’une autre planète même s’ils peuvent être un peu plus différents que la moyenne. Cela ne facilite pas le sentiment d’appartenance, ni la capacité à s’intégrer dans un groupe. D’ailleurs, la personnalité d’un haut potentiel est souvent tellement intense qu’elle peut décourager l’entourage personnel et professionnel. En revanche, lorsque la relation se crée, elle atteint une intensité à la hauteur de la personne. Face à ce sentiment de différence, il s’agit de ne pas se nier pour s’adapter, sans omettre notre besoin de contact humain.
 

 

 

La méthodologie de l’Assessment Center

L’Assessment Center est une méthodologie qui utilise la mise en situation professionnelle afin de sonder les compétences et potentiels d’un collaborateur ou d’un candidat. L’objectif est de comprendre les dynamiques sous-jacentes des comportements personnels, relationnels et managériaux pour prédire une capacité à réussir dans une fonction.

Pour un collaborateur en poste, il s’agit soit de réaliser cette démarche en amont de formation, dans le cadre d’une mobilité interne ou d’un passage cadre, ou encore dans le cadre de la mise en place d’une nouvelle organisation, basée sur les compétences et le potentiel de développement d’un individu et de la complémentarité d’une équipe.

 

Guide L'Assessment Center un levier du talent management

 

 

 

 

 

 

 

 

ALLER PLUS LOIN …

Pour en savoir plus sur la manière dont nous pouvons vous aider à attirer, motiver et trouver les talents adéquats, veuillez nous contacter via le formulaire de contact ou sur contact@apostrof.fr

Partager

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez nos articles inspirants dans votre boîte de réception toutes les deux semaines.

DÉCOUVREZ D’AUTRES SOLUTIONS DE GESTION DES TALENTS

Share This