Meet our international experts in:

Quel futur pour les Assessment et Development Centers ?

Durée de lecture de cet article : 8 min

Avec l’apparition de technologies révolutionnaires qui élargissent le champ des possibles, tous les acteurs s’entendent à prédire de grands bouleversements dans le domaine des ressources humaines. Alors qu’en est-il des techniques d’évaluation et de gestion des talents ? Comment les nouvelles interfaces vont-elles changer la donne en matière d’évaluation par mise en situation ? Est-ce que cela va enfin les rendre accessibles au plus grand nombre ?

La réalité virtuelle, composante des évaluations de demain

L’autruche qui arrive à s’envoler grâce à son entraînement à l’aide d’un casque de réalité virtuelle a certainement dû retenir votre attention (publicité pour un téléphone presque aussi célèbre que celui à la pomme !). Que pouvons-nous donc attendre de cette nouvelle technologie ? Tout d’abord, la réalité virtuelle permet de créer un environnement artificiel grâce à des logiciels et du matériel informatique. En effet, le casque obligatoire permet une expérience plutôt immersive : s’il l’accepte comme un environnement réel, l’utilisateur est totalement immergé dans un nouvel univers.

Avec l’avancée des technologies, la réalité virtuelle permet d’intégrer dans l’environnement créé le suivi d’un mouvement de la main de l’utilisateur. La qualité de l’image et de l’audio est désormais fluide grâce à la haute définition. De plus en plus réaliste, cet environnement responsive présente des facteurs d’inconfort minimes. Par contre, cette technologie reste peu abordable. En effet, le contenu est cher à produire et le matériel nécessaire représente un investissement élevé. Cette approche nécessite par conséquent une maîtrise de compétences informatiques pointues, tout comme une contrainte d’évolution dans un environnement clos. En effet, l’utilisateur doit rester dans un certain périmètre, à proximité des dispositifs permettant de créer cette réalité virtuelle.

Côté évaluateurs, la mise en situation dans un univers de réalité virtuelle peut être observée « depuis l’extérieur » sans avoir besoin d’être partie prenante de la réalité créée. Cependant, cela signifie forcément une perte dans la finesse de l’évaluation des compétences et du potentiel d’un individu. En effet, l’évaluateur qui ne participe pas physiquement aux interactions avec le candidat ou collaborateur, se coupe indéniablement d’une partie du ressenti vécu dans les échanges, cette alchimie qui fait partie de la relation entre deux individus.

La réalité augmentée pour compléter les jeux de rôles

Il faut s’attendre à voir débarquer cette technologie dans nos quotidiens professionnels. En effet, la réalité augmentée vient compléter le « monde réel ». Cette technique permet de superposer des informations numériques sur une image. Ce procédé de superposition visuelle nécessite donc de travailler soit sur un écran, soit avec une visière (le meilleur exemple étant les Google Glass).

Il aboutit par conséquent à une réalité « mixte » constituée du réel et d’images numériques. La réalité augmentée offre désormais la possibilité de combiner à la fois les effets visuels tout comme l’audio. L’avantage de cette technologie est son coût plus modéré dû à des coûts de matériel et de conception plus faibles que ceux nécessaires à la réalité virtuelle. Par contre, l’univers créé ainsi est beaucoup moins immersif, d’autant que le champ de vision de l’utilisateur est limité.

Côté évaluateurs, la mise en situation dans un univers de réalité augmentée peut véritablement fonctionner à condition qu’ils soient inclus dans le même environnement créé pour l’occasion. En effet, nous observons assez régulièrement que le niveau d’immersion de l’individu évalué, dépend beaucoup de l’immersion de l’équipe évaluatrice dans les jeux de rôle.

L’intelligence artificielle : Siri peut-il donner la réplique ?

L’intelligence artificielle permet de simuler des comportements intelligents. De nombreuses recherches travaillent à créer une machine et un logiciel capable d’imiter l’être humain dans son processus de réflexion et d’actions. Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Quelques systèmes informatiques permettent de simuler des aspects de l’intelligence humaine. Ces derniers peuvent apprendre, s’adapter et générer de la connaissance. Cependant, ces systèmes ne sont pas véritablement autonomes et ils s’appliquent pour l’instant à des domaines restreints.

L’innovation pour les Assessment & Development Centers de demain

Pour conclure, la technologie n’est donc pas encore là. Mais surtout, dans quelle mesure répond t-elle aux besoins des utilisateurs pratiquant l’Assessment Center ? En ce qui concerne l’objectif d’un évaluation, tant qu’un manager ou un commercial devra communiquer, convaincre et fédérer des êtres humains, il sera nécessaire d’évaluer ses aptitudes dans des mises en situation impliquant d’autres individus qui ressentent, réagissent et interagissent.

En ce qui concerne le processus, ces technologies sont-elles utilisables et accessibles aux évaluateurs et aux candidats / collaborateurs ? Pour rappel, l’Assessment Center est la méthode N°1 pour évaluer le potentiel, en validité prédictive, en acceptabilité du collaborateur.

Tableau futur Assessment Center

ALLER PLUS LOIN …  

Chasse de tête, le recrutement de précision : Attirer, motiver et trouver les meilleurs talents.
 
L’Assessment Center, l’évaluation dynamique d’exception : Evaluer très tôt le style de travail d’un individu pour prédire sa performance.
 
Pour en savoir plus sur la manière dont nous pouvons vous aider à attirer, motiver et trouver les talents adéquats, veuillez nous contacter via le formulaire de contact ou sur contact@apostrof.fr 
 
Pas de commentaires

Laisser un commentaire