Meet our international experts in:

 

Les particularités des cadres en France

A l’international, il y a les managers ou encore les fonctions « executive ». Ainsi, le statut cadre est une particularité française car un cadre n’encadre pas forcément une équipe. Un de nos sociologues, Denis MONNEUSE, a dressé une typologie des fonctions cadres dans son livre « Le silence des cadres ».

Tout d’abord, nous pouvons distinguer les cadres dirigeants (5% des cadres d’après l’APEC). Juridiquement indépendants, les critères qui définissent le cadre dirigeant sont principalement une grande autonomie, un haut niveau de responsabilité et une rémunération élevée.

Ensuite, nous distinguons les cadres supérieurs. Managers des collaborateurs cadres, ces leaders bénéficient d’une large autonomie tout en étant soumis à de fortes obligations de résultats. Ainsi, ils sont intéressés à la performance de l’entreprise sous forme d’une part variable ou de stock-options.

De par leur expertise métier, les experts alternent souvent entre un statut de salarié et de prestataires de services. Leur niveau de rémunération dépend de la rareté de leurs compétences et du besoin des employeurs.

Les managers sont des cadres intermédiaires, ce que nous appelons également le « middle management » pour préciser la dimension opérationnelle de leur fonction et qui regroupe différents niveaux : les managers de proximité (un quart des cadres) et les managers de managers. Il s’agit souvent d’une voie d’accès au statut cadre.

Le chef de projet coordonne des équipes autour d’une mission ponctuelle et précise. Leur rôle les amène aussi à gérer les relations avec des prestataires extérieurs, des intervenants, des partenaires ou des consultants extérieurs. Deux tiers des cadres pilotent des équipes projets sans forcément les manager de manière opérationnelle au quotidien.

La catégorie des cadres techniques regroupe plus particulièrement les ingénieurs sur des spécialités déterminées par leur formation initiale. Ces spécialistes n’exercent pas de missions de direction, ils interviennent chez des clients en tant que prestataires de services. Selon le secteur et la spécialité, leur rémunération est très variable.

Nous retrouvons les cadres fonctionnels dans les fonctions support des entreprises. Selon la taille de l’entreprise, ils ne managent pas forcément des équipes mais ont d’importantes responsabilités dans le champ de leur fonction.

Les cadres commerciaux ont un niveau de qualification légèrement inférieur à la moyenne des cadres. Même si depuis quelques années, les besoins en expertise dans l’ingénierie commerciale ont rendu le métier plus complexe et technique. Ils sont souvent en déplacement et leur temps de travail est important. Les éléments variables de leur rémunération dépendent fortement de leurs performances de vente.

Les assimilés cadres sont parfois considérés comme de « faux » cadres, ils travaillent en horaire fixe sur des postes très variés. C’est le coefficient hiérarchique (entre 200 ou 300 et au-dessus selon les métiers et les conventions collectives) qui fait que certains agents de maîtrise ou techniciens sont assimilés cadres et cotisent au régime de retraite complémentaire des cadres.

Pour conclure, la législation française offre une diversité de niveaux et de caractéristiques sur la fonction cadre.


Tags :
Pas de commentaires

Laisser un commentaire